Urbanisme et démocratie

association de quartier

vous êtes ici : accueil du site - Les dossiers d’Udé ! - Bauer-Thermopyles - le jardin des Thermopyles - Un jardin partagé aux Thermopyles

Un jardin partagé aux Thermopyles


Les jardins partagés
Depuis plus de dix ans, la ville de Paris a permis le développement de nombreux jardins partagés. Le principe : la ville est propriétaire du terrain et le met à disposition d’une association qui s’engage à le gérer selon une charte, “la charte Main verte”. Celle-ci engage l’association gestionnaire pour six ans, dans l’esprit des jardins partagés parisiens : ouverture et accessibilité au public, événements et animations, jardinage écologique sans pesticides, ni engrais chimique, etc. La spécificité du jardin partagé des Thermopyles est qu’il est issu d’un travail de co-construction entre des habitants, l’association Urbanisme & démocratie (Udé !) et la ville de Paris, notamment le service des espaces verts. Notre association s’est longtemps battue pour qu’il voit le jour dans un esprit de partage et de récupération pour éviter de réceptionner un jardin fourni “clé en main” par la municipalité. C’est pourquoi Urbanisme & démocratie, en plus de l’investissement financier de la ville, a recherché des fonds propres et des subventions (Conseil régional Île-de-France) pour s’appuyer sur des professionnels partageant son état d’esprit (comme l’association Chifoumi) et pour mener à bien un chantier partagé de co-construction ouvert à tout-es habitant-es désireux-ses de participer.

Un chantier aux Thermopyles
Le jardin partagé des Thermopyles a été créé il y a deux ans en juin 2012 sur une parcelle d’une centaine de m² au “coude” de la rue, devant le bâtiment de la Pension de famille, mais il n’a véritablement pris son envol qu’au printemps 2013 avec une première saison de culture. Au printemps 2014, le jardin couvre maintenant une surface d’environ 400 m² du fait de son extension sur la cour d’immeuble voisine. De la mi-janvier à la mi-mai, un chantier particulier a en effet permis à cette cour – surnommée le “jardin des fêtes” – de faire peau neuve. Les services municipaux et une entreprise mandatée par la Ville de Paris ont effectué le gros œuvre des travaux : élagage des arbres, démontage du mur donnant sur la rue, ouverture du mur donnant sur la première parcelle, découpage d’une grande partie de la dalle de ciment en morceaux réguliers, installation de points d’eau et d’électricité, création d’un sol en stabilisé au centre du jardin, pose des grilles, etc.
Mais l’association Urbanisme & démocratie, sous la conduite de l’association de paysagistes “Chifoumi”, a dans le même temps mené un travail d’aménagement participatif. Au cours de plusieurs journées, des habitants et habitantes bénévoles ont été convié-e-s à mettre la main à la pâte. Leur tâche a d’abord été de trier et nettoyer les déchets du chantier issus de la découpe de la dalle, de la destruction des murs, de l’élagage et de l’abattage des arbres. Selon un principe de récupération et de réutilisation, l’idée a été de minimiser le rejet de tous ces matériaux, d’éviter de tout mettre à la benne pour ne pas acquérir des matériaux neufs. Outre un objectif écologique, le projet était aussi de conserver une trace matérielle de la mémoire de l’ancienne cour : les parois de l’ancien mur, peints par des enfants pendant les fêtes des Thermopyles et qui servent maintenant de cheminement à travers le jardin, constituent l’exemple le plus marquant de cette démarche.
Les volontaires du chantier participatif se sont ensuite attelé-e-s à des tâches d’aménagement : les nouvelles parcelles à jardiner ont été délimitées et nivelées, plusieurs tranchées ont été creusées pour la création de systèmes de drainage des eaux de pluie, les morceaux de dalles ont été patiemment nettoyées avant de servir à la fabrication de bancs, les moellons ont permis la construction de murets, des troncs d’arbres abattus ont permis le montage d’un abri de jardin.

Un lieu de jardinage
Le jardin partagé permet aux adhérent-e-s de l’association de participer à des activités de jardinage et d’animation du lieu. Pour le jardin des Thermopyles, Urbanisme & démocratie a fait le choix d’une gestion collective des cultures : à la différence de la plupart des autres jardins partagés, il n’y aura pas de parcelles dédiées à chaque membre. Les participants et participantes se chargeront donc des différents aspects du jardinage et de la gestion du lieu de façon collective (ce qui ne signifie pas “simultanément”).

Un lieu de fêtes et d’animation
Un grand espace occupe le centre du jardin auquel on accède par un portail de 6 m de large. Le jardin partagé se veut aussi un espace de fêtes et d’animations et cela demande de la place. La cour d’immeuble du 2-4, rue des Thermopyles accueillait quatre fêtes par an : pour Urbanisme & démocratie, il s’agit de pérenniser ces rendez-vous.

(photos du chantier : Catherine Griss)


Les arbres du jardin
Il y a dix-sept ans, la cour d’immeuble du n°2-4 de la rue des Thermopyles était une dalle de ciment nue. Des habitant-e-s y ont alors creusé des trous et planté en terre quelques pousses qui, pour certaines, ont aujourd’hui atteint plusieurs mètres de haut (peupliers, érables, bouleaux, noyer, sorbier, etc.). En 2007, cet espace a été classé en “espace vert protégé” (EVP) lors de l’adoption du plan local d’urbanisme (PLU). La plupart des arbres de la cour d’immeuble ont été conservés dans le nouvel aménagement ; quelques-uns ont été abattus parce qu’en mauvaise santé ou bien de façon à apporter plus de lumière au jardin.

Chifoumi
Chifoumi [Pierre - > Feuille - > & Scie] est une association fondée par de jeunes paysagistes ; elle mène un travail sur l’aménagement des espaces dans le respect des sites existants, par une réflexion collective et un accompagnement professionnel, par une économie de moyens – en récupérant notamment les matériaux du lieu.
http://blogchifoumi.wordpress.com

L’expérience de la friche des Thermopyles
La construction du bâtiment de la “Maison des Thermopyles” – la pension de famille qui s’élève au coude de la rue – a commencé à l’automne 2010. De novembre 2009 à septembre 2010, Urbanisme & démocratie avait pu obtenir la possibilité d’aménager un jardin éphémère sur une grande partie de la friche devant accueillir le chantier, sorte de préfiguration du nouveau jardin partagé (photo ci-dessus).

Un “jardin des fêtes”
En 1996, l’association de quartier Urbanisme & démocratie faisait revivre la fête des Thermopyles, notamment dans la cour d’immeuble du n°2-4. À cette époque, cela marquait une étape importante dans la lutte qu’elle menait, depuis sa création trois ans plus tôt, contre le vaste projet municipal d’aménagement du quartier Bauer-Thermopyles-Plaisance. Le rapport d’enquête publique rendait un avis défavorable du commissaire-enquêteur qui écrivait : “les raisons avancées par la Ville de Paris pour justifier son projet sont dénuées de toute réflexion urbanistique et architecturale”. Le renouveau de la fête célébrait cette première victoire face à un projet qui serait définitivement abandonné quelques années plus tard, donnant lieu à un autre aménagement du quartier (square Giacometti, terrain de boules, logements sociaux et pension de famille, jardin partagé). D’autres luttes eurent ensuite lieu, d’autres fêtes aussi : depuis 1998, la fête des Thermopyles a lieu chaque année à la fin du mois de juin ; trois autres fêtes sont aussi organisées à chaque changement de saison. La cour du 2-4, rue des Thermopyles y a ainsi gagné son surnom.

fichier joint à cet article :
un jardin partagé aux Thermopyles - 3.1 Mo




Urbanisme & démocratie accueil
Urbanisme & démocratie dossiers
Urbanisme & démocratie rendez-vous
Urbanisme & démocratie à propos du site | espace privé